Le jour où je me suis aimée pour de vrai

estime-de-soi

Le jour où je me suis aimée pour de vrai…


Le jour où je me suis aimée pour de vrai,

j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle estime de soi.

Le jour où je me suis aimée pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal 
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle authenticité.

Le jour où je me suis aimée pour de vrai,
j’ai cessé de vouloir une vie différente,
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue 
à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle maturité.

Le jour où je me suis aimée pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation, 
ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien 
que ni la personne ni moi-même ne sommes prêtes, 
et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle respect.

Le jour où je me suis aimée pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire :
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle amour-propre.

Le jour où je me suis aimée pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire des grands plans.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, 
quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, j’appelle ça simplicité.

Le jour où je me suis aimée pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison,
et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert l’humilité.

Le jour où je me suis aimée pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle plénitude.

Le jour où je me suis aimée pour de vrai,
J’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse !
Tout ceci, c’est le Savoir vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.
Du chaos naissent les étoiles.

Ce texte, depuis toujours, me donne la chair de poule à chaque fois que je le lis.

Il est attribué à tort à Charlie Chaplin, car il a été écrit par Kim McMillen, une écrivain américaine du Colorado. Cette dernière, engagée dans un chemin de développement personnel, a réalisé, juste avant sa mort à cinquante-quatre ans, un livre, “When I loved myself enough”, cousu main pour ses amis, rassemblant, sous une forme simple et limpide, quelques paroles à lire et à méditer.

Ces vérités rappellent que notre temps sur terre est limité, que nous ne sommes jamais seuls, et qu’aimer les autres débutent toujours par s’aimer soi-même.

(décidément, me direz-vous, c’est ma spécialité de vous partager des textes attribués à des auteurs hommes, et qui ont finalement été écrits par des femmes, sans que cela se sache ! J’écris cela, car je repense au texte de Martha Medeiros, attribué à Pablo Neruda, et que j’avais partagé avec vous en octobre : il meurt lentement).

Ce texte a aujourd’hui d’autant plus de sens pour moi depuis ma reconversion et depuis que j’exerce ce métier de coach.

En effet, je trouve que c’est une très belle leçon de vie.

Les valeurs mises en avant me parlent énormément : estime de soi, authenticité, respect, simplicité, humilité, plénitude… et elles sont à mes yeux in-dis-pen-sa-bles pour une coach qui accompagne des personnes à accepter qui elles sont, à accepter leur personnalité, et afficher leurs couleurs pour s’épanouir, à s’accomplir…

L’estime de soi est également la première chose que j’aide mes clientes à retrouver.


Comment être bien dans sa vie, être épanouie, comment réfléchir à ses aspirations, si avant tout, on ne s’aime pas totalement, et ce, quoi qu’il advienne ? Si on ne s’estime pas ? Si on ne se sent pas à la bonne place ? 

Croire en soi pour vivre pleinement sa vie et se lever chaque matin avec enthousiasme est réellement indispensable.

Et plus personnellement, j’ai aujourd’hui conscience que ce n’est qu’une fois que j’ai réussi moi-même à “m’aimer pour de vrai” que j’ai alors pu envisager une reconversion professionnelle, que j’ai compris à quoi j’aspirais et comment j’allais réussir à m’accomplir en trouvant enfin ma voie.

Enfin, j’adore les derniers mots de ce poème : Du chaos naissent les étoiles…

Quel bonheur pour moi de me sentir un peu bousculée en ce mois de novembre, quelles belles étoiles vont naître de tout cela ! 

Et alors, vous, penses-tu t’aimer vraiment ?
Par quoi vas-tu commencer comme prise de conscience ?
Belle réflexion ! 

Et pour encore plus SAVOURER TA VIE, je te propose une journée à la découverte de qui tu es :

Toutes les infos sur l’atelier sont accessibles en cliquant ici.

Vous avez envie d’aller plus loin, d’ajouter de la couleur et de la joie dans votre vie, d’explorer les solutions qui s’offrent à vous ?
J’ai envie d’entendre ce que vous vivez afin de voir si je peux vous aider.

Prenez rendez-vous avec moi pour une séance découverte gratuite en cliquant ici
Nous passerons 30 minutes ensemble au téléphone pour faire le point sur votre situation et envisager les pistes qui s’offrent à vous.

1 réaction sur “ Le jour où je me suis aimée pour de vrai ”

  1. Ping Clé du succès lors d'une reconversion : quête de son propre idéal

Laisser un commentaire